Archives de catégorie : Droits nationaux

Jurisprudence – Allemagne

Jurisprudence allemande relative à la circoncision:

– OVG Münster, 23 march 2015, 4 B 135/15: Il s’agit d’une ordonnance de la Cour administrative d’appel (Oberverwaltungsgericht) de Münster; la cour a interdit à un restaurateur de mettre sa brasserie à la disposition de personnes voulant y fêter la circoncision rituelle d’un enfant le Vendredi saint. Le motif est que le Vendredi saint est l’un des jours de fête religieuse les plus importants du Christianisme, à cause de quoi le législateur a interdit qu’aient lieu des divertissements dans des brasseries ou restaurants le Vendredi saint. Or, la fête de circoncision contient des éléments de divertissement. La protection de ce jour saint mène à ce que la famille de l’enfant doive fêter la circoncision rituelle un autre jour.

– OLG Hamm 3. Senat für Familiensachen, 30. August 2013, Az: II-3 UF 133/13.

– BVerfG 1. Senat 1. Kammer, 13. Februar 2013, Az: 1 BvQ 2/13.

– BVerfG 1. Senat 2. Kammer, 8. Februar 2013, Az: 1 BvR 102/13.

– LG Köln 1. Kleine Strafkammer, 7. Mai 2012, 151 Ns 169/11.

– AG Köln, Strafrichter, 21. September 2011- 528 Ds 30/11.

 

Bernhard KRESSE.

Royaume-Uni – Jurisprudence

– L and B (Children: Specific Issues: temporary leave to remove from the jurisdiction; circumcision) [2016] EWHC 849 (Fam) (Pour un commentaire: Frank Cranmer, « Religious circumcision and parental consent: L & B » in Law & Religion UK, 21 April 2016).

– B and G (Children) (No.2) [2015] EWFC 3.

Re J (A Minor) (Prohibited Steps Order: Circumcision) [1999] 2 FLR 678 (Fam), [1999] 2 FCR 34 (mère chrétienne non pratiquante et père musulman non pratiquant); Affaire confirmée dans Re J (Specific Issue Order: Child’s Religious Upbringing and Circumcision) [1999] EWCA Civ 3022, [2000] 1 FLR 571 (CA).

– Re S (Change of Names: Cultural Factors) [2001] 3 FCR 648 (Fam) (mère musulmane et père sikh, circoncision autorisée).

– Re S (Specific Issue Order: Religion: Circumcision) [2004] EWHC 1282 (Fam); [2005] 1 FLR 236 (mère musulmane et père hindou jaïn). L’affaire a été portée en appel par la mère (dans S (Children) [2004] EWCA Civ 1257) mais l’appel a été rejeté.

KS v TS [2012] ScotSC 100 (père musulman et mère chrétienne).

Autres affaires en droit de la famille et éducation religieuse:

C (A Child), Re [2012] EW Misc 15 (CC) (11 May 2012).

M.L. v. I.M.[2011] ScotSC 185 (30 November 2011).

M v H [2008] EWHC 324 (Fam) (21 February 2008).

N (A Child: Religion: Jehovah’s Witness), Re [2011] EWHC B26 (Fam) (24 August 2011).

– A Father v Lancashire County Council [2010] EWHC 2503 (Fam) (30 July 2010).

– G (Children), Re [2012] EWCA Civ 1233.

E v The Governing Body of JFS & Anor [2008] EWHC 1535 (Admin) (03 July 2008).

Siddiqui & Anor v James and Charles Dodd (A Firm) [2006] EWHC 1295 (QB) (24 May 2006).

– SS (Malaysia) v Secretary of State for the Home Department [2013] EWCA Civ 888 (18 July 2013). 

KC & Anor v City of Westminster Social & Community Services Dept. & Anor [2008] EWCA Civ 198 (19 March 2008).

– S (A Child), Re [2005] EWHC 1490 (Fam) (11 July 2005).

Williamson & Ors v Secretary of State for Education and Employment [2002] EWCA Civ 1926 (12 December 2002).

R v Brown [1992] UKHL 7 (11 March 1993).

Cas de faute professionnelle médicale: 

– Ahmed v. General Medical Council (GMC) [2001] UKPC 49 (19 November 2001).

– Nicholas-Pillai v General Medical Council [2009] EWHC 1048 (Admin) (06 May 2009).

– Malik, R (on the application of) v Waltham Forest PCT & Anor [2006] EWHC 487 (Admin) (17 March 2006).

En droit pénal:

R v. Barnes [2004] EWCA Crim 3246.

Voir en particulier les commentaires de Lord Woolf CJ  sur le consentement aux opérations/ chirurgie au paragraphe 8.

– R v. Brown [1994] 1 AC 212.

Voir en particulier les commentaires sur la légalité de la circoncision rituelle de Lord Templeman.

– Burrell v. Harmer [1967] Crim LR 169.

R v. Emmet [1999] EWCA Crim 1710.

Gillick v. West Norfolk and Wisbech AHA [1986] AC 112.

–  Re: J [2000] 1 FCR 307.

– Re: S (Specific Issue Order: Religion: Circumcision) [2004] EWHC 1282 (Fam).

– St. George’s Healthcare v. S [1998] 3 All ER 673.

– R v. Wilson [1997] QB 47.

Marie FOX, Matt GIBSON et Sylvie LANGLAUDE.

Belgique – Jurisprudence

 

Jurisprudence relative à la circoncision:

– Cour d’appel de Liège (Ch. Jeun.), 9 avril 1981, JBE 19810409, p. 327-335.

– Cour d’appel de Bruxelles, troisième chambre, R.G. N° 2008/KR/108, 15 décembre 2008, JBE 20081215.

– Cour d’appel de Bruxelles (Ch. Jeun.), 24 mai 2011, JBE 20110524, Revue trimestrielle de droit familial, 2/2012, p. 405-412.

 

Louis-Léon CHRISTIANS.

Italie – Jurisprudence

 

– Tribunale di Milano, Sezione IV Penale, sentenza 26 novembre 1999.

(tr. fr.:) « La circoncision et l’infibulation: l’existence du délit de blessures volontaires ».

Tribunale di Pavia, Sezione penale, sentenza 26 settembre 2003, n. 539.

(tr. fr.:) « La circoncision rituelle et le crime d’avoir fraudé l’organisme public ».

– Cassazione penale, Sezione V, sentenza 8 maggio 2007, n. 17441.

(tr. fr.:) « La circoncision rituelle et le crime d’avoir fraudé l’organisme public ».

– Tribunale di Padova, Sezione penale, sentenza 9 novembre 2007.

(tr. fr.:) « Intervention de la circoncision rituelle et le crime d’exercice abusif de la profession ».

Commentaire:

Plantamura Vito, « Brevi note in tema di circoncisione maschile rituale, esercizio abusivo della professione e lesioni », Giurisprudenza di merito, 10, 2008, p. 2590-2606.

– Tribunale Padova, Sezione penale, sentenza 5 dicembre 2007, Il merito 2008, 6, 57 (s.m.).

(tr. fr.:) « Exploitation financière de la profession ».

Commentaire:

Russo Paolo, « Profili bioetici e giuridici della circoncisione rituale maschile (nota a Trib. pen. Padova 5 dicembre 2007 n. 2046) », Il merito, 6, 2008, p. 59-63.

– Cassazione penale, Sezione VI, sentenza 22 giugno 2011, dep. 24 novembre 2011, n. 43646.

(tr. fr.:) « La circoncision dans les mains d’un non-admis à la profession médicale: la non-existence de complicité dans le crime de l’art. 348 c.p. par le parent ».

Commentaires:

Galasso Davide, « Circoncisione, reato culturalmente orientato ed ignoranza scusabile della legge penale », Diritto e Giustizia, Quotidiano online del 26 Novembre 2011, in www.iusexplorer.it.

D’Ippolito Ernesto, « Kulturnormen ed inevitabilità dell’errore sul divieto: la corte di cassazione riconosce l’errore determinato da ‘fattori culturali’ come causa di esclusione della colpevolezza », Cassazione penale, 11, 2012, p. 3711-3720.

Pusateri Verena, « La circoncisione maschile cd. rituale non integra – se eseguita per motivi culturali che determinano l’ignoranza inevitabile della legge penale – il reato di esercizio abusivo della professione medica », Diritto Penale Contemporaneo, 22 marzo 2012.

Tribunale di Como, Sezione penale, sentenza 14 gennaio 2013, n. 1339.

(tr. fr.:) « intervention de la circoncision masculine, la nécessité d’obtenir le consentement des auteurs, la dissidence de l’un des parents, l’infraction de blessures ».

Commentaires:

Miazzi Lorenzo, Circoncisione maschile, reato di lesioni personali, consenso dell’avente diritto.

Della Ragione Luca, « La circoncisione rituale maschile compiuta con il dissenso di uno dei genitori integra il delitto di lesioni personali dolose (Nota a Trib. Como sez. I pen. 14 gennaio 2013, n. 1339) », Diritto e religioni, 1, 2013, p. 534-538.

 

Antonio ANGELUCCI, Alessandro FERRARI et Silvio FERRARI.

Suède – Jurisprudence

Décision de la Cour Suprême de Suède de 1997 (NJA 1997, p. 636) : à propos de circoncisions, avec le consentement des garants des enfants,  pratiquées sur des enfants  sans anesthésie, par un homme d’origine palestinienne ayant exercé en tant que chirurgien en Palestine mais n’ayant pas la licence suédoise de médecine, alors accusé d’agression/voie de fait (« assault »). Selon la Cour, « si le principe devrait être établi que seule la circoncision sous anesthésie est autorisée, cela conduirait dans la pratique à ce que l’opération puisse  seulement être effectuée par le personnel du service de santé et des soins médicaux. Cela semble impliquer une violation des traditions actuelles des juifs ainsi que des musulmans ». La Cour a retenu que le consentement des garants était valide et l’inculpé a été libéré.

“If the principle should be set up, that only circumcision under anesthesia is allowed, it would in practice lead to the effect that the surgery only could be performed by personnel  within the health and medical care service. This seems to imply a violation of the hitherto traditions of Jews as well as Muslims”.

 

Lars FRIEDNER.

Jurisprudence Canada

 

– Bera v. Marr, [1988] B.C.J. No. 1967

Catholic Children’s Aid Society of Metropolitan Toronto v. M(C), [1994] 2 RCS 165

D.J.W., 2011, BCCA 522

D.J.W., 2012 CSC 63, [2012] 3 RCS 396

Droit de la famille – 1150, 1990 CanLII 2932 (QC CA)

Droit de la famille – 1456, 1991 CanLII 3133 (QC CA)

– Droit de la famille – 2505, [1996] J.Q. no 2990

DS v AJ, 2014 CanLII 35846 (ON HPARB)

E. (Mme) c. Eve, [1986] 2 RCS 388

– Gray v. LaFleche, [1950] 1 WWR 193

Hoop v. Lepp , [1980] 2 RCS 192

Lazar (Re), 2006 CanLII 61075

Malette v. Shulman (Ont. C.A.), 1990 CanLII 6868

Molnar v. Bruton, 2013 SKQB 301  (CanLII)

– Oliver v. Paras, [1993] N.B.J. No. 239

Pentland v. Pentland et al. [1978] O.J. No. 3384

Protection de la jeunesse – 092156, 2009 QCCQ 9006 (CanLII)

– RPD File No. TA8-14208, [2010] R.P.D

Reibl v. Hughes, [1980] 2 SCR 880

Re S.E.M. [1987] 1 W.W.R. 327, p. 21

Sanzana v. Wiggens, 1998 CanLII 4026 (BC SC)

– Sheena B., 1995, p. 372

Suhatski v. Canada, 2011 CF 1405

Strong v. Strong, 1993 CanLII 855

– Turner v. Dr Ivan G. Gasoi Inc., Tribunal des droits de la personne

Young c. Young, [1993] 4 RCS 3

Judgement of Inquiry into the death of Ryleigh Roman Bryan McWillis

 

Marie-Pierre ROBERT, Stéphane BERNATCHEZ et David KOUSSENS

 

Jurisprudence France (sélection)

TGI Paris, 6 novembre 1973, Gaz. Pal. 1974, 1, p. 299, note P. Barbier.

Cour de Cassation, civ. 1, 18 mai 1989, jurisdata n°1989-002212.

Cour d’appel de Rennes, 23 janvier 1991, cité par Ch. Choain, note sous Cass. civ. 1, 26 janvier 1994, D. 1995, jurisprudence p. 226. Dans cette affaire, le père s’est vu retirer son droit de visite.

Cour d’appel de Paris, 12 février 1992, D. 1993, Som. com. p. 27, obs. J. Penneau.

Cour administrative d’appel de Lyon 30 septembre 1993, RFDA, janvier-février 1994, « Responsabilité hospitalière et risques thérapeutiques: de la présomption de faute à la responsabilité sans faute », observations Bon, p.99 et 100.

Cour de cassation, ch. Civ. 1, 26 janvier 1994, D. 1995, jurisprudence, p.226, note Ch. Choain.

Cour de cassation, civ.1, 6 décembre 1994, D. 1995, IR, p. 38.

Conseil d’Etat 3 novembre 1997, Petites Affiches, 28 janvier 1998, n°12, p. 20, « L’extension de la jurisprudence Bianchi aux anesthésies générales pratiquées lors d’interventions dépourvues de fin thérapeutique », note S. Alloiteau; Petites Affiches 9 janvier 1998, n°4, p.16, « Une nouvelle avancée du risque comme fondement de la responsabilité de l’hôpital public », note P.-A. Lecocq; RFDA 1998 p.90, « La responsabilité des services hospitaliers: extension de la responsabilité sans faute, le cas des accidents anesthésiques », Conclusions du Commissaire au gouvernement Valérie Pécresse, sur CE, 3 novembre 1997.

Cour d’appel de Paris, 13 septembre 2000, jurisdata n°2000-125029.

Cour d’appel de Paris, 29 septembre 2000, D. 2001, p. 1585, note C. Duvert. A propos de cette affaire, la cour a également retenu la responsabilité du père de l’enfant ayant « profité de son droit d’hébergement pour prendre la grave décision de faire procéder, à des fins rituelles, à l’opération sans avoir recueilli l’assentiment de la mère ».

Cour d’appel de Poitiers, 21 novembre 2000, jurisdata n°2000-146397.

TGI Laval, juge des enfants, 16 avril 2002, AJ Famille 2002, p. 222, note.

Cour d’appel d’Aix-en-Provence, 4 mars 2004, jurisdata n°2004-238032 (concernant deux époux de confession musulmane).

Cour d’appel de Rennes, 4 avril 2005, jurisdata n°2005-292420.

Cour d’appel d’Orléans 14 mars 2006, jurisdata n°2006-310764 : dans cette affaires, les circonstances étaient troubles, le père ayant vraisemblablement tenté de circoncire l’enfant lui-même, une lésion importante avait affecté le prépuce de celui-ci, de surcroît psychologiquement traumatisé. Les juges ont considéré qu’à tout le moins la négligence du père constituait un motif grave au sens de l’article 373-2-1 du Code civil imposant de revoir les modalités d’organisation du droit de visite paternel.

Cour d’appel de Riom, 17 avril 2007, jurisdata n°2007-336812.

Cour d’appel de Lyon, 25 juillet 2007, jurisdata n°2007-346158, RTD civ. 2008, p. 99, note J. Hauser : selon la Cour, « s’agissant d’une atteinte à l’intégrité physique de l’enfant, cette décision grave ne peut être prise que d’un commun accord entre les parents et avec le consentement de l’enfant, âgé de 11 ans ; en l’absence de consentement tant de la mère que de l’enfant qui a exprimé à de maintes reprises son opposition à une telle opération, le rejet de la demande s’impose ».

Cour d’appel de Lyon 7 mai 2009, jurisdata n° 2009-020508 : dans cette affaire, le fils aîné « semblait » avoir déjà subi cette intervention sans opposition de la mère.

Cour d’appel de Nancy, 5 octobre 2009, jurisdata n°2009-023366 confirmant l’interdiction faite au père de procéder à la circoncision de l’enfant ; dans cette affaire et se fondant sur l’article 373-2-6 du Code civil les conseillers nancéens rappellent que « la protection et l’éducation de l’enfant qui doit aussi s’entendre comme l’éducation religieuse, sont les raisons d’être de l’autorité parentale. Ainsi compte tenu de l’importance que revêt toute décision en matière religieuse, il n’est pas envisageable que cette décision soit prise sans l’accord des deux parents qui exercent en commun l’autorité parentale ».

Cour d’appel de Versailles, 10 juin 2010, jurisdata n° 2010-009691.

Cour d’appel de Lyon, 10 janvier 2011 : le père s’était rendu en Algérie et avait fait circoncire son fils âgé de trois ans alors que la mère refusait d’élever l’enfant dans la religion musulmane ; Lors de son retour en France, l’enfant présentait une infection majeure. La Cour qualifie le manquement du père aux règles de l’autorité parentale conjointe comme étant particulièrement grave et dès lors confie l’exercice de l’autorité parentale à titre exclusif à la mère. L’arrêt interdit au père d’amener les enfants dans une communauté religieuse et/ou dans une école confessionnelle, interdit la sortie du territoire national et même supprime le droit de visite et d’hébergement le mercredi dans la mesure où il s’agit pour lui d’un moyen d’emmener les enfants dans une mosquée.

Cour d’appel de Poitiers, 11 mai 2011, inédit, jurisdata, jugeant dès lors que cette opération ne pouvait pas être décidée par le père seul sans consultation et accord exprès de la mère.

Cour d’appel de Lyon, 31 mai 2011, inédit, jurisdata.

Cour d’appel d’Aix-en-Provence, 24 septembre 2013, inédit, jurisdata, « le choix de faire pratiquer une circoncision ne peut résulter que de l’accord des deux parents qui exercent en commun l’autorité parentale ».

Cour d’appel de Paris, 5 novembre 2013, inédit, jurisdata, « l’épouse avait fait procéder à la circoncision de l’enfant sans l’accord du père et sans raison médicale ; ces faits démontrent l’absence totale de considération de l’épouse envers son mari et constituent une violation grave ou renouvelée des obligations de mariage. ».

Cour d’appel de Colmar, 8 janvier 2014, inédit, jurisdata, rappelant que l’autorité parentale doit s’exercer conjointement et que la décision de procéder à la circoncision de l’enfant nécessite l’accord des deux parents.